Activités‎ > ‎Colloques‎ > ‎

Colloque du 18 octobre 2014




PSYCHANALYSE INTEGRATIVE, DEPENDANCES ET ADDICTIONS


























Sommes-nous dans une société de l’excès ? Sans hésitation, la réponse est oui. C’est même une des caractéristiques de notre société qui pousse à « l’hyper », au « trop » au « tout ». Si nos sociétés sont potentiellement addictives, tout le monde ne devient pas pour autant alcoolique, toxicomane, acheteur compulsif ou accro au sexe, au travail ou aux jeux vidéo. 

Des toxicomanies à l'alcoolisme en passant par les addictions sans substance, existe-t-il des points communs entre ces addictions ? Et si oui quels sont-ils ? De quoi est-on dépendant ? Est-on plus vulnérable à certains moments de la vie ? A partir de quand peut-on parler d’addiction ? Quelles frontières entre normal et pathologique, lorsque nous parlons de dépendances ? 

De l’usage à la dépendance, des mécanismes particuliers sont à l’œuvre, liés à la fois aux contextes sociaux, culturels, économiques, psychologiques, biologiques… 

En tant que cliniciens, parler d’addiction c’est s’intéresser : au sujet, à son désir et à son histoire ; à la dépendance comme processus constitutif de la subjectivité ; la dépendance comme mécanisme ainsi qu’ aux différents éléments qui permettent de définir le lien comme addictif 

J.McDougall, qui a contribué à promouvoir en France le concept d’addiction sous sa forme psychopathologique, avance que dans les conduites addictives, « il y aurait une défaillance de l’étayage maternel ne permettant pas à l’enfant d’élaborer les processus de séparation. L’objet maternel interne serait vécu comme absent ou incapable de consoler l’enfant perturbé ». 

Notre clinique nous amène fréquemment à constater des liens étroits entre addictions, troubles de l’attachement, troubles du narcissisme, de l’identité et des limites du moi. 

Nous allons nous intéresser tout au long de ce colloque aux phénomènes cliniques, sociologiques et biologiques qui sous-tendent les conduites addictives. 

En interrogeant notre clinique, nous tenterons de progresser à la fois sur : 

- La compréhension des défaillances dans la construction du moi  qui sont au cœur des différentes addictions évoquées. 
- L’articulation des différents modes de compréhension des addictions ; différentes approches scientifiques et objectives, sociologique et clinique. 
- Les dispositifs thérapeutiques les plus appropriés à chacun des patients qui se présentent à nous comme « souffrant d’addictions ».




https://drive.google.com/file/d/0B-_DLHEYrgOtWTZNQzZuQnFvZDg/view?usp=sharing


 Télécharger les 

         TELECHARGER LA BROCHURE       





 Edmond Marc 
Psychologue, Docteur d’État en psychologie, Professeur émérite 

Jean-Benjamin Stora 
Professeur émérite, psychosomaticien psychanalyste, co-Directeur du DU de Psychosomatique Intégrative, Faculté de Médecine de la Pitié-Salpêtrière

Nicole Aubert 
Sociologue, Psychologue, Professeur à l'École Supérieure de Commerce de Paris 

Lucienne Spindler 
Psychologue clinicienne, Psychanalyste 

Christophe Niewiadomski 
Professeur des Universités en Sciences de l'éducation, Université de Lille 3 

Pierre Van Damme 
Psychologue clinicien, Psychothérapeute 

Jean-Michel Fourcade 
Psychanalyste, Président de la SFPI et de 
l’AFFOP, Directeur de la Nouvelle Faculté Libre 

Laure d’Hautefeuille 
Psychanalyste, Art-Thérapeute 
Membre praticien agréé de la SFPI 

Caroline Ulmer-Newhouse 
Psychanalyste 
Membre adhérent de la SFPI 

Pierre de Romanet 
Psychanalyste, Psychopraticien 
Membre praticien agréé de la SFPI 

Nicolas de Salles de Hys 
Psychologue clinicien
Psychanalyste
Psychanalyste Membre praticien agréé de la SFPI




Colloque 2014-SFPI.mp4